étiquetage

Vers l’étiquetage généralisé pour le bien-être animal ?

Vers l’étiquetage généralisé pour le bien-être animal ?

Auparavant, les consommateurs ne se préoccupaient guère des conditions de vie des animaux en élevage. Depuis peu, cette condition s’avère être un critère incontournable pour leur assurer de manger des produits sains. Alors, le 18 février 2020, l’étiquette bien-être animal a été intégrée à l’élevage de volailles par les distributeurs, notamment Casino en partenariat avec des ONG. Elle suivra par la suite pour les autres filières.

L’étiquette bien-être animal révolutionne l’industrie de l’agroalimentaire

L’étiquetage consiste à évaluer les conditions de vie des animaux lors de leur élevage. Cela dans le but d’intégrer le bien-être animal dans chaque phase de production, qui est souvent négligé par les éleveurs. Pourtant, cet aspect est primordial pour le consommateur, car il assure et garantit la qualité du produit commercialisé. Pour ce mois de février, la filière volaille ouvre le chemin à l’étiquetage, avec comme objectif de couvrir 20 millions de poulets tout au long de l’année. Cet effectif équivaut à 10 % de la production sur le marché français.

Le concept est à l’initiative des ONG notamment :

  • LFDA (Fondation droit animal éthique et sciences),
  • OABA (Œuvre d’assistance aux bêtes d’abattoirs),
  • CIWF (Compassion in World Farming).

Trois grands distributeurs travaillent en partenariat avec ces organisations pour intégrer le logo à leur marque dont Casino, les magasins U et Carrefour. Sans oublier les éleveurs de volailles tels les fermiers du Sud-Ouest, de Galliance et de Loué. Ces acteurs se sont regroupés dans le cadre de l’AEBEA (Association étiquette bien-être animal).

Sur quels critères sont évalués les producteurs de volailles ?

Le logo bien-être est établi à 5 niveaux selon la qualité de traitement des poulets. Le niveau A est destiné aux animaux élevés avec soin et le niveau le niveau E pour ceux qui ont reçu un minimum de traitement. Les critères d’évaluation sont au nombre de 230 en prenant en compte chaque étape de l’élevage de l’animal. En outre, les contrôleurs sont spécifiquement formés pour déceler le comportement des animaux maltraités.

Les grilles d’évaluations se distinguent en deux catégories, dont une obligation de moyens et une obligation de résultat. Voici quelques points importants tirés de ces critères :

  • Le nombre de volailles contenu dans chaque m² ;
  • L’accès à un espace plein air ;
  • L’animal profite de la lumière du jour ;
  • La bonne santé des animaux ;
  • La motricité des animaux ;
  • La durée de croissance ;
  • La durée de transport jusqu’à l’abattoir ;
  • La méthode utilisée pour abattre les volailles.

Elevage poulets

Étiquette bien-être animal : quel avantage ?

Le bien-être de l’animal impact sur le produit mis en vente, ainsi que sur la santé du consommateur final. Il en découle que ce référentiel a pour but de former les acteurs à adopter de nouvelles méthodes dès la naissance des poussins jusqu’à l’abattoir. En somme, l’étiquette est à la fois « claire » et « exigeante » que ce soit du côté des consommateurs ou du côté des producteurs.

Le procédé est exigeant vis-à-vis des éleveurs puisque les critères d’évaluation ne se compensent pas entre eux. Selon Séverine Fontaine, chargé de qualité de la marque Carrefour, l’étiquetage permet d’accompagner les éleveurs à atteindre une meilleure note, donc à mieux assurer le bien-être des animaux.

L’étiquetage est clair et fiable pour le consommateur sur les origines du produit commercialisé. Les poulets sont d’une qualité supérieure que le Label Rouge vu le niveau optimal de bien-être des animaux.

Les producteurs évalués à partir de l’étiquette se démarquent de leurs concurrences pour la qualité de leur produit. Le logo est un atout marketing majeur selon Francis Emery (éleveur de poulets) en vue d’attirer des « consommateurs responsables ». D’ailleurs, l’expertise animale des ONG assure une avancée commune des acteurs dans le secteur, selon Corine Pelluchon.

Images : rtl.fr ; mieuxvivre-votreargent.fr

Partagez cet article !