Immobilier vegan

Qu’est-ce que l’immobilier végan ?

Autrefois le végan et le véganisme se limitaient à l’alimentation, à l’habillement et au cosmétique. Depuis quelques années, ce courant s’étend au secteur immobilier. Chaque construction « végan » est bâtie à partir de matériaux responsables et utilise de l’énergie renouvelable. Ce concept réunissant de plus en plus d’acheteur et de vendeur immobilier se répand de plus en plus. Et pour plus de précision pour les néophytes, voici en quoi consiste l’immobilier végane.

Le véganisme et l’immobilier végane : qu’est-ce que c’est ?

Le concept véganisme consiste à exclure tous produits d’origine animale dans l’alimentation. Dans un sens plus large du terme, les végans sont des personnes refusant d’utiliser quelconques produits qui découlent d’une exploitation animale. Pourquoi ? Parce qu’ils préservent leurs santés, l’environnement ainsi que la vie animale.

Cet intérêt à protéger l’environnement est souvent rencontré dans le secteur de l’habillement, de la décoration d’intérieur, de l’industrie automobile, etc. Mais pas que ! En effet, l’immobilier s’imprègne également de ce concept pour construire des « maisons végétaliennes » avec des matériaux durables.

À l’origine, le « vegan house » est le premier édifice végane construit en 2014. Conçu par le cabinet Local Block Architecte, ce bâtiment de trois étages a une devanture recouverte de volets multicolores. Sa décoration met en avant des panneaux colorés et de la verdure dans tous ses recoins. Auparavant, cette maison servait d’habitation, car elle dispose de chambres de type dortoir avec des salles à manger et des cuisines. Actuellement, elle devient un centre culturel où l’on peut apprécier la restauration végane et la cuisine traditionnelle vietnamienne.

Maison vegan

La future génération de l’immobilier végan

En Amérique du Nord et plus précisément au Canada, une enseigne d’immobilier conçue selon le concept végane est lancée à Vancouver. Ce projet nommé « Vegan real estate » a pour ambition de favoriser et de valoriser les édifices construits avec des matériaux durables. À cet effet, des agents immobiliers octroient 10 % de leur bénéfice pour l’épanouissement d’un réseau végane. Ce réseau regroupe les acteurs dans le secteur immobilier, notamment les acheteurs et les vendeurs membres de la communauté. D’ailleurs, les 10 % économisés servent à combattre les causes propres au végan et surtout à la réalisation de leurs projets.

En France, la sensibilisation sur le concept de véganisme commence à se répandre dans les médias à travers un projet de Jean-François Diné. En effet, ce dernier envisage de créer un village végane sur un terrain d’environ 1 hectare à Quemper-Guézennec en Bretagne. Ce projet gagne du succès, car peu de temps après son lancement tous les logements à construire sont déjà réservés. Voici les objectifs et activités prévues par le collectif « pro-vegan » :

  • Construire plusieurs logements sur la propriété ;
  • Affecter 6000 m — de terrain à la permaculture ;
  • Créer un jardin-forêt sur les lieux ;
  • Ouvrir un restaurant végétalien et une recyclerie pour les habitants ;
  • Organiser un festival dédié à la protection de l’écosystème et à la biodiversité.

Financement et prêt immobilier végane

Avant de construire une maison ou un appartement végane, il est nécessaire d’avoir un budget suffisant. Alors, au lieu d’acheter directement l’immeuble, Vegan Home & Mortgage de Toronto propose un crédit pour le financer. Ce financement est bénéfique pour la communauté entière vu qu’à chaque transaction l’agence classe une partie de leur commission pour le véganisme. Et cela au profit d’une association qui défend les animaux ou à une organisation végétalienne du choix de l’emprunteur.

Dans cette même optique, Vegan Mortgage Adviser de Grande-Bretagne octroie 100 £ à chaque parrainage effectué par ses clients. Cette somme est directement versée à une association défendant la cause animale. À part ces deux agences, Ecology Building Society choisit aussi d’accorder du crédit à des projets bénéfiques pour l’environnement.

Images : bfmtv.com ; seloger-construire.com

Partagez cet article !