Bartholinite : symptomes, traitement...

Qu’est-ce que la bartholinite ?

Qu’est-ce que la bartholinite ?

Parmi les maladies gynécologiques peu connues, la bartholinite reste la plus fréquente. En effet, 2 femmes sur 100 sont confrontées à ce problème, et ce, au moins une fois dans leur vie. En outre, cette infection du kyste de la glande de Bartholin est très fréquente chez les sujets appartenant à la tranche d’âge de 20 à 29 ans, bien que toutes les femmes peuvent être sujettes à cette infection tant qu’elles n’ont pas atteint la ménopause. A noter que même les femmes enceintes peuvent également souffrir de la bartholinite .

Que savoir sur les glandes de Bartholin ?

Situées de part et d’autre de l’entrée du vagin, plus précisément à l’arrière des grandes lèvres, les glandes de Bartholin sont deux glandes ayant la taille d’un petit pois, soit une taille d’environ 1,5 cm.

 

les glandes de Bartholin
Les glandes de Bartholin se situent de chaque côté du vagin.

 

Elles participent à la lubrification du vagin durant les rapports sexuels en sécrétant un liquide incolore, appelé mucus. Ces glandes fonctionnent uniquement durant la période d’activité génitale.

Présentation de la bartholinite

La bartholinite survient lorsque ces glandes s’infectent et créent un abcès. Il se peut que l’infection ne touche qu’une glande, mais il n’est pas rare que les deux soient atteintes. L’infection, appelée bartholinite aigüe, se présente ensuite sous forme d’une masse extrêmement douloureuse, de couleur rougeâtre, celle-ci pouvant atteindre la taille d’un œuf de poule.

À cause de cette infection, la malade peut amener à ressentir des douleurs atroces durant les rapports sexuels, ce qui peut même rendre cette dernière impossible. Dans les situations les plus délicates, la femme atteinte de la bartholinite peut souffrir rien qu’en marchant ou en s’asseyant. Il arrive même que la bartholinite rende invalide une femme, si elle est déclarée chronique.
Il faut savoir que les crises de bartholinite peuvent différer d’une femme à une autre. Elles peuvent être épisodiques, se transformer en crise chronique ou n’arriver qu’une seule fois dans une vie et ne plus jamais revenir.

Par ailleurs, la taille des kystes dépend en principe du cycle hormonal. De ce fait, il est très fréquent que les crises de bartholinite soient les plus intenses 3 ou 4 jours avant l’arrivée des règles.

Bartholinite : quels sont les symptômes  ?

Les symptômes de la bartholinite peuvent se présenter sous deux formes différentes.

Dans le premier cas, les germes, cause de l’infection, sont d’origine vaginale ou intestinale, à cause des maladies sexuellement transmissibles ou encore des entérobactéries. Ces germes peuvent aussi arriver via le canal excréteur et venir infecter la glande de Bartholin.

symptomes batholinite
Des douleurs au niveau des petites lèvres peuvent être ressenties chez les personnes souffrantes de bartholinite.

Dans le second cas, comme lors d’une infection localisée, des sécrétions trop épaisses ou encore un rétrécissement congénital ont pour conséquence de venir boucher le canal. Les parois de cette évacuation se mettent ainsi à gonfler à cause de l’accumulation de liquide et se transforment en kyste. Généralement, ce kyste de Bartholin passe inaperçu, s’il n’est pas infecté. Il peut d’ailleurs régresser petit à petit, sans s’infecter. Par contre, s’il est infecté, l’on parle alors de bartholinite aigüe.

Voici une liste non exhaustive des symptômes apparents de la bartholinite :

  • rougeurs
  • douleurs ressenties au niveau des petites lèvres, au moment de la marche
  • bouffées de chaleur
  • montée de fièvre modérée
  • fatigue anormale
  • pertes vaginales modérées

Comment guérir de la bartholinite ?

En cas de signes cliniques avérés, il est nécessaire, voire impératif, de consulter un gynécologue afin qu’il puisse confirmer la maladie et identifier le germe responsable de l’infection.

À cet effet, il existe au moins 4 germes responsables :

  • staphylocoque
  • Escherichia coli
  • streptocoque
  • germes intestinaux
  • gonocoque

Le gynécologue devra demander un bilan complet du patient afin de déterminer la vraie source de sa maladie, y compris une analyse bactériologique.

traitement naturel bartholinite
Certaines huiles essentielles, comme l’huile essentielle de citron peut avoir des effets intéressants sur cette maladie.

Selon le résultat obtenu, il pourra mettre en place un traitement adapté au stade d’évolution de la bartholinite.

Traitement de la bartholinite : les antibiotiques

Le premier traitement d’une bartholinite est l’amoxicilline et la pristinamycine. Ces antibiotiques sont appréciés par les médecins par leur efficacité dans la guérison immédiate de ce genre d’infection. Toutefois, si l’infection ne disparait pas après 10 jours de traitement, il est nécessaire de recourir à d’autres moyens de traitement.

L’amoxicilline est l’un des traitements les plus courants concernant la bartholinite

Si la crise atteint un stade plutôt avancé, ces médicaments ne seront plus d’aucune utilité, car ils n’auront plus aucun effet.

Dans ces cas-là, le recours à l’opération de la bartholinite est inévitable. Ce stade est déterminé par la taille de la glande. En effet, il arrive que cette dernière enfle jusqu’à atteindre la taille d’une orange.

La nature de l’intervention chirurgicale sera ainsi déterminée par la fréquence des crises de la patiente.

 

L’option de la chirurgie

Une opération chirurgicale est nécessaire en cas d’intenses douleurs et invalidantes, surtout liées à la présence d’un abcès.

Pour réussir une opération de la bartholinite, le chirurgien met d’abord son patient sous anesthésie locale. Il procède ensuite à la marsupialiation ou l’incision du kyste, dans le but de drainer les secrétions et le pus contenues dans l’infection. A noter que cette intervention chirurgicale est aujourd’hui très répandue et ne comporte aucun risque.

Après l’incision, la plaie sera recousue et une mèche sera posée afin d’assurer l’évacuation de tous les liquides superflus. Cette méthode permet également une bonne cicatrisation de la zone. La mèche devra être changée toutes les 24 heures, et le nombre de jours sera uniquement déterminé par le niveau d’infection avant l’opération.

En outre, une infirmière peut toujours être engagée à domicile afin de procéder à une irrigation et au nettoyage de la plaie à l’aide d’une bétadine. Un bain de siège peut également être prescrit, une action qui devra être réalisée par vous-même. Cette période post opération devra durer au moins une semaine, pour que la patiente puisse se remettre totalement de son intervention et pratiquer les soins nécessaires. Par ailleurs, il faudra attendre au moins un mois avant de pouvoir reprendre une vie sexuelle active ou encore faire du sport.

[Pour en savoir plus sur l’opération de la bartholinite]

Peut-on récidiver après une opération de la bartholinite ?

Force est de mentionner que le drainage par le biais d’une opération de la bartholinite permet certes la résorption de l’infection, mais n’empêche pas les récidives. D’ailleurs, le taux de récidives est particulièrement élevé, avec un pourcentage de 10 à 15% des patientes déjà traitées. La plupart de ces récidives concernent la formation du kyste, due à l’obstruction du canal.

Pour traiter un récidiviste de la maladie bartholinite, deux options peuvent se présenter :

  1. La première consiste à enlever carrément le kyste de la glande de Bartholin. On parle ainsi de l’ablation de la glande. Les praticiens n’y ont recours qu’en cas de récidives répétées de la patiente. Un médecin rassure toutefois les concernées, en avançant que le fait d’enlever complètement les glandes de Bartholin n’a aucune répercussion sur la vie active d’une femme. En effet, d’autres glandes, appelées glandes de Skene, peuvent prendre le relais et assurer les mêmes fonctions.
  2. Dans le second cas, on pratique une marsupialisation. Durant cette intervention, le chirurgien tente d’empêcher une obstruction, en perçant le kyste et en recousant les bords sur la face interne des grandes lèvres. De cette manière, l’orifice de la glande reste ouvert.

Il faut aussi savoir que même après la disparition de l’infection, la glande de Bartholin peut entraver la vie intime de la patiente, à cause de son diamètre anormal. Ce cas indique qu’il est nécessaire d’avoir recours à une autre chirurgie, cette fois plus invasive, appelée exérèse, qui consiste à l’ablation de la glande. Cette intervention sera toujours effectuée sous anesthésie générale, sauf si la patiente est enceinte. Une fois la glande retirée, la zone sera refermée à l’aide de fils résorbables ou non.

Bon à savoir sur l’opération de la bartholinite

Deux à trois semaines d’arrêt de travail sont nécessaires pour que la patiente puisse reprendre du zèle, suite à son opération de la bartholinite. En outre, durant cette période, elle aura besoin d’un soin quotidien adapté (antibiotique et antiseptiques locaux), du fait qu’elle aura du mal à s’asseoir.Les complications post opérations sont très rares, voire inexistantes. Ce type d’intervention reste toutefois délicat étant donné les risques d’hémorragie.

La glande retirée fera l’objet d’une analyse systématique, pour retrouver d’éventuelles traces de tumeur cancéreuse ou de carcinome. Être atteint de bartholinite ne devrait pas entraver la vie sexuelle d’un couple. Certes, les relations sexuelles seront difficiles, mais il faut savoir que la lubrification de la zone sera assurée par les voies vaginales. En effet, les glandes de Bartholin n’assurent que 5% de la lubrification de la zone intime. Toutefois, après une opération, le vagin peut rester sensible durant quelque temps.

Et en l’absence de traitement ?

Par ignorance, par peur ou autre, certaines infections ne sont pas traitées. Dans ces cas, un praticien explique que la glande finira par s’ouvrir, et devra de toute façon être retirée par voie chirurgicale.

Afin de calmer les douleurs ressenties par la patiente ou pour faciliter l’action des antibiotiques et en attendant l’opération, le médecin peut ponctionner l’abcès. Toutefois, cette pratique ne figure en aucun parmi les traitements préconisés pour les crises de bartholinite.

Zoom sur 2 maladies gynécologiques peu connues

Les infections gynécologiques sont souvent peu connues du grand public, bien qu’elles affectent un grand nombre de sujets. À l’instar de la bartholinite, ces maladies sont parfois invisibles. Pourtant, plusieurs troubles gynécologiques peuvent toucher les zones intimes du sexe féminin. Il est temps de lever le voile sur ces pathologies !

1. Le vaginisme

On entend par vaginisme une maladie qui entraine une contracture anormale et involontaire des muscles vaginaux. Elle engendre des douleurs intenses pour la patiente, ce qui rend les rapports sexuels impossibles. Il faut savoir que la prise en charge de cette maladie prend beaucoup de temps. En effet, la majorité du traitement implique un suivi psychologique et personnalisé. Les sujets atteints de cette affection souffrent surtout de traumatisme, voire d’un trouble de la personnalité liée à la peur de la pénétration vaginale.

L’objectif du traitement serait l’apprentissage de la relaxation et de la décontraction du sujet. En effet, la femme atteinte de vaginisme devra apprendre à décontracter ses muscles vaginaux et surmonter ses angoisses liées aux rapports sexuels. D’ailleurs, pour optimiser l’efficacité du traitement, le personnel médical implique le conjoint. Le couple devra ainsi apprendre à se faire confiance avec des activités spirituelles, comme la méditation psychocorporelle ou encore la kinésithérapie.

2. La vestibulite

Comme son nom l’indique, la vestibulite est une inflammation du vestibule, une zone de la vulve qui se trouve entre les petites lèvres. Elle se caractérise surtout par de fortes douleurs lors de la pénétration vaginale, ce qui est désagréable lors des rapports sexuels. Comme toutes les maladies gynécologiques, cette infection est inconfortable chez la femme.

Par ailleurs, le diagnostic de cette maladie est aisé pour un gynécologue. Il lui suffit de toucher la partie inférieure de la vulve avec un coton-tige. Toutefois, force est de constater que jusqu’à maintenant, les études n’ont pas révélé d’où peuvent réellement provenir ces douleurs.

Le traitement de la vestibulite n’est d’ailleurs pas chose aisée. En effet, il est assez difficile de déclarer si le problème relève de la gynécologie ou de la psychologie. Souvent, les praticiens optent pour l’application d’anesthésiques locaux, accompagnée d’un traitement psychologique. Cette thérapie consiste surtout à apprendre à faire face et à accepter la douleur. La prise en charge par le biais de la méditation et de la kinésithérapie peut également contribuer à la guérison de la patiente.

Comment prendre soin de sa flore vaginale ?

Pour que sa zone intime reste saine et la protéger des germes pathogènes qui provoquent des infections, il est nécessaire d’adopter les bons gestes au quotidien. Ce sont des conseils d’hygiène à titre préventif qui peuvent contribuer à éloigner les risques de maladies gynécologiques comme la bartholinite.

prendre soin de sa flore vaginale
Une toilette vaginale régulière permet de s’immuniser contre bon nombre de soucis. Pensez y !

Tout d’abord, il est absolument interdit de procéder à une toilette vaginale ! La toilette doit se limiter à la zone interfessière et à la vulve, en utilisant ses doigts et non un accessoire de bain, comme un gant de toilette par exemple. L’usage d’un gel douche ou d’un savon n’est pas non plus préconisé. L’idéal est d’opter pour un produit lavant doux, à rincer abondamment.

Partagez cet article !
 

Poster un Commentaire

avatar
  Subscribe  
Me notifier des