Quand le chocolat se veut équitable

Un carré de chocolat devant son programme préféré du soir est un délice. Mais d’où provient la tablette que vous consommez ? Qui la fabrique ? Qui cultive ce cacao ? Voilà tant de questions qui peuvent trôner dans votre tête. Et si celui-ci était synonyme de destruction de l’environnement ? Pas de panique, des solutions existent pour que ce moment de détente soit synonyme de commerce équitable.

Malheureusement la culture du cacao peut s’avérer fatale pour l’environnement. De nombreuses ONG dénoncent les pratiques de certains producteurs victimes du prix variant du cacao. Mais n’oubliez pas que sur cette planète abrite des milliers de petits producteurs aidés par le commerce équitable.

Petite histoire du chocolat

Pour bien connaître votre gourmandise favorite, voici un petit rappel de son histoire et de ses méthodes de production.

D’où vient le cacao ?

Le chocolat provient de la fève du cacao. Une fois broyée, l’amande des fèves se transforme en poudre : le cacao. Avant de s’ancrer sur le continent africain dès le XIXe siècle, il a pris racine en Amérique. Aujourd’hui, les plus grosses productions se font en Côte d’Ivoire et au Ghana. Capricieux, il pousse seulement dans un climat tropical et suintant et à une valeur géographique précise : 20 degrés au sud et au nord de l’équateur. Le parfum et le goût de votre chocolat changent selon les techniques de culture, mais également de son lieu de production.

Les étapes de la production

Pour aboutir à votre tablette, de nombreuses étapes sont nécessaires, mais également un grand savoir-faire de la part des agriculteurs. En effet, il faut tout d’abord faire tomber les « cabosses » présentes sur les cacaoyers, celles-ci contiennent plusieurs fèves et de la pulpe. Une fois récoltées, les producteurs les camouflent d’une feuille de bananier dans le but de les faire sécher grâce au soleil durant environ une semaine.

récolte cacao
Les pluies diluviennes constituent un des facteurs ont eu un impact considérable sur la récolte cacaoyère principale en les réduisant de 20%.

Par la suite, ils passent les fèves dans un torréfacteur où elles sont soumises à une température pouvant aller jusqu’à 180 degrés. La durée de la torréfaction dépend de l’arôme qu’ils souhaitent obtenir. Les chocolatiers reçoivent le cacao sous la forme de poudre.

L’industrie du cacao

Le chocolat est une réelle machine à sous, son industrie représente plus d’une centaine de milliards d’euros, mais la façon dont sa manière de fonctionner n’est pas tenable, car elle est peut être dangereuses pour les producteurs comme pour l’environnement. Les petits producteurs se retrouvent bien souvent esseulés.

En effet, en bas de la grande pyramide de l’industrie de la chocolaterie se trouvent de petits agriculteurs produisant du cacao sur quelques hectares et le plus souvent en famille. Ils ont du mal à s’en sortir face au prix changeant de la tonne du cacao. Pour gagner leur vie, certains producteurs optent pour des méthodes peu louables pour améliorer leur rendement : utilisation de produits chimiques, déboisement et travail des plus jeunes…

Une alternative : le commerce équitable ?

Le commerce équitable du chocolat permet aux producteurs de survivre dans cette jungle de l’industrie et ainsi éviter d’augmenter leur production de cacao en faisant appel à des méthodes très critiques. En ayant un rendement plus juste de leur production, ils pourront opter plus sereinement vers une culture plus respectueuse de l’environnement.

Certains labels leur assurent un retour financier fixe, mais aussi des aides pour qu’ils puissent construire des écoles par exemple. Ce commerce se joint également à l’agriculture biologique : en garantissant un prix constant aux producteurs, ils peuvent développer une culture du cacao plus respectueuse de l’environnement.

Alors, la prochaine fois que vous irez acheter une petite douceur, pensez au commerce équitable. Vous consommerez plus juste.

Partagez cet article !
 

Poster un Commentaire

avatar
  S’abonner  
Notifier de