Pourquoi construire une maison « écologique » ?

Choisir de construire une maison écologique, c’est choisir de faire des économies en respectant l’environnement. Aujourd’hui, chacun à sa propre définition de LA maison écologique. Pourtant, les règles sont plutôt simples. Une écoconstruction doit créer le moins de pollution possible tout en réduisant les besoins et pertes en énergies. C’est ce que nous allons expliquer dans cet article.

Les principes à suivre pour la conception de votre maison

Votre maison doit être en conformité avec son environnement et utiliser le moins d’énergie possible dans sa conception. Réfléchissez au positionnement de votre maison selon la disposition des pièces pour optimiser au maximum l’ensoleillement.

Choisissez des matériaux écologiques durables et sains pour les fondations de votre maison, comme une ossature bois mais aussi pour l’isolation thermique, et phonique : laine de bois, chanvre, ouate de cellulose, textiles recyclés ou encore le liège.

N’oubliez pas de poser des menuiseries de qualités et un bon système de ventilation pour éviter la perdition de chaleur et pour le bon renouvellement de l’air. Votre santé doit être votre priorité !

Privilégiez aussi des produits locaux pour limiter votre empreinte écologique. Autant d’éléments qui vous permettront de profiter pleinement des joies de votre maison écologique. Il existe aussi des constructions dites « végan » que vous pouvez découvrir le concept en cliquant ici.

Les différents types d’écoconstructions

Il existe plusieurs types d’écoconstructions :

  • La maison à basse consommation (BBC) : pour obtenir ce label, vous devez baisser la consommation énergétique de votre maison pour réduire les émissions à effet de serre en prenant en compte : le chauffage, la climatisation, l’éclairage, l’eau chaude sanitaire et la ventilation. C’est le type de maison écologique le plus répandu aujourd’hui en France.
  • La maison à énergie passive : c’est une maison à très basse consommation énergétique qui se satisfait de la chaleur intérieur (appareils, habitants, équipements) et extérieur (soleil) pour être chauffée.
  • La maison à énergie positive : le mot qui l’a définie ? Autonome ! Elle produit elle-même son énergie, et encore plus qu’elle n’en consomme. C’est un important investissement financier qui peut vous rapporter gros au fil du temps si vous revendez de l’énergie à un fournisseur d’énergie.
  • La maison bioclimatique : elle s’adapte à son environnement en prenant en compte les avantages comme les inconvénients des conditions climatiques extérieures.

Quelles sont les aides et subventions ?

A part le prêt écologique, vous pouvez recourir à d’autres aides qui se proposent de financer une partie des dépenses :

  • Le prêt à taux zéro
  • Le Crédit d’Impôt pour la Transition Énergétique (CITE) et TVA réduite
  • L’exonération de taxe foncière : si le niveau de performance énergétique de votre maison est supérieur à celui imposé par la législation en vigueur, vous pouvez bénéficier d’une exonération temporaire de taxe foncière de 5 ans ou moins.
  • Les aides des collectivités locales : renseignez-vous auprès de votre conseil régional et départemental ainsi qu’à votre communauté de communes / agglomération / métropole
  • Bonus de constructibilité : les bâtiments exemplaires au point de vue énergétique et environnementale peuvent obtenir, sous certaines conditions, un bonus de constructibilité.
Partagez cet article !
fb-share-icon
Tweet